Le Rondeau

- Le rondeau parfait, est un poème à forme fixe, en 6 quatrains à rimes croisées, crée par Clément Marot (1497-1544).

Rondeau Parfait

En liberté maintenant me promène,
Mais en prison pourtant je fus cloué:
Voilà comment Fortune me démène.
C'est bien, et mal. Dieu soit loué.

Les Envieux ont dit que de Noé
N'en sortirais: que la Mort les emmène !
Malgré leurs dents le noeud est dénoué.
En liberté maintenant je me promène.

Pourtant, si j'ai fâché la Cour romaine,
Entre méchants ne fus oncq alloué.
Des biens famés j'ai hanté le domaine ;
Mais en prison pourtant je fus cloué.

Car aussitôt que fus désavoué,
De celle-là qui me fut tant humaine,
Bientôt après à saint Pris fus voué:
Voilà comment Fortune me démène.

J'eus à Paris prison fort inhumaine,
A Chartres fus doucement encloué;
Maintenant vais où mon plaisir me mène.
C'est bien, et mal. Dieu soit de tout loué.

Au fort, Amis, c'est à vous bien joué,
Quand votre main hors du parc me ramène.
Ecrit et fait d'un coeur bien enjoué,
Le premier jour de la verte Semaine,
En liberté.

Clément Marot "Adolescence clémentine"





Accueil